Mes créations

dimanche 25 juin 2017

Roméo et Juliette

Roméo et Juliette
Auteur: William Shakespeare
Éditions: Le livre de poche
Pages: 192
Prix: 2,30€

A Vérone, où les Montaigu et les Capulet se vouent une haine ancestrale, Roméo, fils de Montaigu, est amoureux de Rosaline, tandis que Capulet s’apprête à donner une grande fête pour permettre à Juliette, sa fille, de rencontrer le comte Pâris qui l’a demandée en mariage. Parce qu’il croit que Rosaline s’y trouvera, Roméo se rend au bal – et pour Juliette éprouve un coup de foudre aussitôt réciproque. Sous le balcon de la jeune fille, il lui déclare le soir même son amour puis, le lendemain, prie frère Laurent de les marier et de réconcilier leurs familles ennemies. Mais voici que, sur une place de Vérone, Tybalt, cousin de Juliette, provoque Roméo qui refuse de se battre. Mercutio, son ami, dégaine à sa place, mais lorsque Roméo voit Mercutio mortellement frappé par Tybalt, il décide de le venger : Tybalt tombe à son tour, et ce qui était une comédie vire à la tragédie.

Mon avis:

Qui ne connait pas ce classique qu'est l' histoire des amants maudits de Vérone?
J'ai relu cette pièce de théâtre dans le cadre du challenge So Classic. Et c'est toujours un immense plaisir!

La plume de Shakespeare est très poétique. Certes il faut se replonger un peu dans le contexte historique avec les mœurs et les coutumes de l'époque (rappelons que Juliette n'a même pas 14 ans). Mais l'histoire d'amour traverse toujours aussi bien les temps et nous émeut autant.

Une belle mais courte romance sur fond de rivalité entre deux familles. Dès le début et tout au long de la pièce les familles s'affrontent, se combattent et tuent au nom de cette querelle entre clan! Certaines scènes sont violentes (duels à l'épée qui se finissent par des morts). À côté de quoi s'oppose l'amour de Roméo et Juliette.
Une critique de la société à travers les âges, une histoire qui parle de tolérance et d'amour.

Avec l'âge et après une ou deux lectures préalables, j'ai mieux apprécié l'humour du début de la pièce. Parfois on se surprend à sourire en se disant que certains jeunes-hommes étaient des sacrés coquins quand-même... (ah les hommes! Déjà à cette époque ils avaient une belle réputation!).

Une histoire d'amour à la fois très romantique avec un fin funeste qui peut nous sembler aussi un peu stupide à cause de quiproquos (la mort aurait pu être si facilement empêchée avec une meilleure communication! :-( )



Citations:

L'homme frappé de cécité ne saurait oublier le précieux trésor qu'il a perdu avec la vue. Montre-moi la plus charmante maîtresse: que sera pour moi sa beauté, sinon une page où je pourrai lire le nom d'une beauté plus charmante encore?
- L'amour, un délicat enfant! Il est brutal, rude, violent! il écorche comme l'épine.
 - Mon unique amour émane de mon unique haine! Inconnu vu trop tôt et reconnu trop tard. Ô prodigieuse naissance de l'amour qu'il me faille aimer mon ennemi exécré!
- Ô Roméo! Roméo! pourquoi es-tu Roméo? Renie ton père et abdique ton nom; ou, si tu ne le veux pas, jure de m'aimer, et je ne serai plus une Capulet.
 Oh! c'est ici que je veux fixer mon éternelle demeure et soustraire au joug des étoiles ennemies cette chair lasse du monde...( Tenant le corps embrassé.) Un dernier regard, mes yeux! une dernière étreinte, mes bras! et vous, lèvres, vous, portes de l'haleine, scellez par un baiser légitime un contrat illimité avec la Mort!

1 commentaire:

  1. Une pièce que j'ai lu de nombreuses fois et que j'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer