Mes créations

vendredi 22 mai 2015

Prologue "Le jeu du destin - tome 1: Au cœur de la prophétie"

Prologue "Le jeu du destin - tome 1: Au cœur de la prophétie"

En octobre 2013, j'ai repris un projet que j'avais débuté plusieurs mois auparavant lorsque je me suis remise vraiment à la lecture et l'écriture. Jusque là j'écrivais surtout des poèmes et quelques nouvelles. Grâce à Internet j'ai eu l'occasion de rencontrer de jeunes auteurs qui ont été de bon conseil, et me suis mise à repenser à mon rêve d'écriture. Je me suis donc lancée et ai rédigé, en 9 mois, mon premier manuscrit qui a trouvé son nom encore grâce à de jeunes auteurs que j'admire.

Je n'ai aucune prétention et suis au contraire très critique vis-à-vis de ce que j'écris. Pour preuve, je recule toujours devant les soumissions de manuscrit et n'en ai tentées à ce jour que trois, de peur de faire perdre son temps à une maison d'édition et un comité de lecture.
Cependant, ma bêta-lectrice et quelques amies ayant lu les premiers chapitres m'ont poussée à vous présenter une infime partie du texte: le prologue.

Je vous souhaite donc une agréable (j'espère) lecture. N'hésitez pas à laisser vos avis, critiques etc en commentaire, tous vos petits messages sont bons à prendre pour progresser. Je ne vous demanderai qu'une chose: respecter le texte en évitant les méchancetés gratuites et la reproduction de tout ou une partie. L'ensemble du manuscrit a été protégé par mes soins et est donc ma "propriété".


RÉSUMÉ

Jeune bachelière, Ambre prend un nouveau départ en venant s'installer dans la petite cité médiévale de Silnès. Mais elle ne s’attendait pas à ce que sa vie bascule aussi radicalement...
D'étranges cauchemars hantent ses nuits, des agressions et événements inquiétants se produisent,... Sans oublier son inexplicable attirance pour Grégoire, le mystérieux solitaire de la classe qui semble lui porter un certain intérêt. Rattrapée par le destin, elle va être engagée dans une histoire qui dépasse la raison et les sentiments.

Tiraillée entre la peur et l’amour, elle devra faire face aux conséquences de ses choix et de ses réactions mais également combattre le passé de celui à qui elle est liée : Des fantômes d’antan qui pourraient ravager tout sur leurs passages et notamment la vie des deux amants.

© Liz Caroline


LE JEU DU DESTIN
TOME 1 : AU CŒUR DE LA PROPHÉTIE
Liz Caroline

Prologue


La brûlure dans ma gorge me tire de ma torpeur. Cette sensation je la connais, la soif. Depuis combien de temps suis-je ainsi, dans les vapes ? Je commence à observer tout ce qui m’entoure afin de prendre des points de repères. Je vois les flammes rougeoyantes qui m’encerclent. Ainsi ce pathétique roi a compris comment me tuer. Après des mois de tueries au sein même de son royaume, il se décide à répliquer avec des armes pouvant m’atteindre. Mais c’est sans compter ma force surhumaine ! Je m’apprête donc à bondir à travers ce cercle de feu quand je sens la morsure d’une trentaine de chaines incandescentes qui entament ma chair. Mes quatre membres en sont recouverts. Tournant la tête, je m’aperçois que mon cou est prisonnier aussi. Il croit me tenir en laisse comme un vulgaire chien ?
- Ah, ah, ah, résonne le rire amer du souverain. Enfin tu reviens à toi ! Qu’est-ce que ça fait de se retrouver à la place de la victime ?
Je tente de localiser mon interlocuteur, découvrant le lieu où je me trouve. Je reconnais les colonnes blanches et les hauts murs de pierre sur lesquels de riches étoffes colorées sont tendues. Je me trouve dans la salle du trône. Là même où, deux jours auparavant j’avais vidé la reine de son sang. J’avais profité que son époux était parti à ma recherche pour la surprendre. Les quelques gardes restés au château ne m’avaient pas retenu très longtemps. La souveraine était morte de façon digne, acceptant son sort, elle n’avait pas bougé lorsque je l’enserrai dans ma mortelle étreinte. Puis je déposai délicatement son corps sans vie sur le siège de son mari.
- Tu pourras d’ici peu le demander à ta chère épouse, le provoqué-je sans aucune pitié.
La colère brille dans les yeux du roi qui s’est rapproché dangereusement du mur de flammes qui nous sépare.
- Ton arrogance ne te sauvera pas Homme de glace ! Tu ne sais pas à qui tu as affaire. Tu as fait la pire erreur de ta très longue existence en t’en prenant à elle.
L’examinant minutieusement, je remarque sa tenue de combat. Loin de la lourde armure qui incombe à son rang, le monarque porte un simple uniforme en cuir et de hautes cuissardes. À sa ceinture se trouve son épée mais aussi un de ces ustensiles étranges servant à enflammer les flèches qui dépassent de derrière son épaule, près de son arc. Seul un traqueur dispose de ces attributs.
- Ça y est, tu es fier de toi chasseur ? Tu as enfin capturé la créature qui terrorise Silnès. Suis-je le premier que tu as l’honneur de tuer ?
- Qui te parle de te supprimer ? Je ne te ferai pas ce plaisir, ironise-t-il. Ce serait trop facile. À la place, je vais t’apprendre ce que c’est de souffrir de la perte de l’être aimé.
Il se retourne et invite quelqu’un à s’approcher. N’étant capable d’aucun sentiment pour quiconque, je ne me sens pas le moins du monde touché par sa menace.
C’est donc avec une certaine surprise que je vois s’approcher une dizaine d’autres chasseurs. Si le roi ne veut pas me détruire, il s’en est toutefois donné les moyens. Pourquoi ne profitent-ils pas de leur supériorité numérique ? Ce serait tellement simple de me laisser mourir par le feu ou même m’achever par la force. À un contre douze, j’ai peu d’opportunité de réussite. Que comptent-ils faire de moi ?
- Tu m’as apporté des amuse-gueules, comme c’est gentil de ta part, ricané-je pour ne rien laisser paraître de leur évidente victoire sur moi.
- Ton espèce n’est pas la seule à avoir des dons particuliers. Nous avons-nous même des avantages que les autres hommes n’ont pas, ainsi qu’un puissant pouvoir que beaucoup ignore.
- Brr, j’en tremble d’effroi.
Mes opposants se positionnent en demi-cercle face à moi. Je commence à douter des intentions du souverain. Aurait-il finalement menti ?
- Ensemble réunissons nos énergies afin de jeter une malédiction sur ce monstre et les prochains à venir pour des siècles et des siècles, ordonne le roi.
- Nos forces et nos âmes sont vôtres, psalmodient ses confrères.
Qu’est-ce que c’est que ces âneries ? Ils pensent vraiment ce qu’ils disent ? Par quel miracle cela marcherait ? Les chasseurs sont des hommes comme les autres, juste un peu plus doués et forts, rien de plus ! Cette mascarade me fait rire aux éclats pendant que ces pantins continuent leur rituel.
« À compter de ce jour et à tout jamais,
Ils ressentiront ce qu’ils ignoraient :
Tout homme de glace connaitra l’amour
Pour une humaine, unique et pour toujours.
Nul autre choix qu’à la tentation céder,
Entrainant ainsi la mort de l’être aimé
Et le chagrin de sa perte éprouver.
À moins qu’il ne trouve la volonté
D’en faire son immortelle moitié »

Un souffle puissant balaye la pièce éteignant une partie de ma prison de feu et envoyant les corps sans vie de ces enchanteurs de pacotille s’écraser violemment contre les murs. Je tombe à genoux sous l’impact, ravagé par un incendie intérieur qui m’oppresse à l’emplacement même de mon cœur. Cet organe de vie qui ne s’était jamais emballé ainsi depuis maintenant une centaine d’année. Hurlant de douleur, je tire de toutes mes forces sur les liens d’acier qui me retiennent toujours. Les chaînes cèdent et tombent lourdement à terre. Je suis libre. Sans plus attendre, j’évite le brasier et fuis le château.

**********

Je me réveille en sursaut et en sueur, les draps collent à ma peau. Je cherche à tâtons l’interrupteur de la lampe le long de ma table de chevet. L’actionnant, je suis agressée par la lumière vive qui me fait refermer rapidement les paupières. Je m’assois sur le bord de mon lit, me frottant les yeux. Sous ma nuisette en coton je sens mon cœur battre la chamade. Je fais le vide et me concentre sur ma respiration afin de faire disparaître les souvenirs de ce mauvais rêve.
Je me focalise sur quelque chose d’agréable : dans quelques heures ma vie va changer. Un nouveau départ, un appartement, un projet d’avenir. Il faut que je me rendorme si je veux être en forme pour mon déménagement ! Je saisis la brochure que j’ai négligemment oubliée par terre, près de mon lit. Je l’ouvre et la feuillette, connaissant déjà par cœur chaque photo et chaque description. Je tourne machinalement les pages lorsque je m’arrête sur une image qui m’interpelle. Celle d’un monument, le château de mon cauchemar, celui de ma destination : Silnès !

© Liz Caroline

9 commentaires:

  1. Je suis nulle en français mais cette phrase me gène à la lecture: "J’avais profité que son époux était parti à ma recherche pour la surprendre." était parti? c'est pas "soit parti" ? Mais bon comme je le disais je suis nulle en conjugaison tout ça alors c'est peut être juste qu'à l'oral on parle mal :p ça ne serait pas étonnant lol

    Sinon j'aime beaucoup ton prologue, très énigmatique, menaçant, qui nous promet une histoire d'amour, maudite peut être? :p et fantastique en la présente de cette espère de créature mortelle.

    J'espère que tu auras de jolies réponses des éditeurs contactés, positives ou constructives, enfin de que ton bébé voit le jour, je serai ravie de me l'acheter en tout cas :)

    Bonne continuation la louve <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas fan de la concordance des temps j'avoue mais pour la simultanéité c'est bien de l'imparfait.
      Merci pour ton avis

      Supprimer
    2. Je te crois :) A l'oral on fait l'erreur en fait, on va au plus joli à entendre et pas à la vrai concordance des temps :p

      Supprimer
  2. welcometostorybook2 juin 2015 à 11:19

    Dire que je n ai pas lu au delà du chapitre 10 hâte de pouvoir le lire en entier!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ces 10 premiers chapitres t'ont plu au moins ;-)

      Supprimer
  3. HAHA je vais lire ça dans quelques minutes !!!! :D :D :D

    RépondreSupprimer
  4. Tu sais déjà ce que j'en pensé. J'espère avoir l'opportunité de lire plus que ce que j'ai lu.

    RépondreSupprimer